France : le dur questionnement sur les Intercités

Frédéric de KEMMETER

Analyse de Mediarail.be – Technicien signalisation et observateur ferroviaire

Rendez-vous aussi sur la page facebook de Mediarail.be, ainsi que sur Twitter et LinkedIn

28/05/2015

Originalement publié sur « Les Chroniques ferroviaires de Mediarail.be »

Barbara Dalibard, la directrice de SNCF Voyageurs a beau le souligner : « l’entreprise reste attachée aux Intercités », qui peut vraiment encore y croire ? Replaçons le décor : après les rapports costauds de la Cour des Comptes au sujet du TGV français, ce mois de mai 2015 fût celui des Intercités. Ce mot désigne en réalité le terme très administratif de « Train d’Equilibre du Territoire« , dont la consonance jacobine ne fait aucun doute, comme toujours en France. De quoi s’agit-il ?

Elle peut, mais ne veut pas

Rappelons que la SNCF est actionnaire du privé autrichien Westbahn, ainsi que sur tout le continent européen à travers Keolis. Par sa présence aux Conseils d’administration, elle a accès aux différents business model de ses voisins. Elle sait ce qu’il est possible de faire pour tous ces trains qui roulent plutôt bien. Alors ? Il faut regarder du côté des pratiques, voire des idéologies ambiantes en France. L’ancien RFF avait déjà pu mettre fin à ces blancs-travaux en pleine journée, provoquant une grogne sociale chez certains habitués de la voie, qui ont dû passer en service de nuit. Lire la suite

Voyage en OUIGODIE. Quand la SNCF réinvente la 3e classe

Laurent Quessette*

Mon oncle cheminot me racontait, ému, les banquettes en bois de feu la troisième classe à l’époque révolue où des trains de la CNCF, comme disaient les anciens en déchiffrant le logo de leur Compagnie, parcouraient encore pratiquement l’ensemble de nos campagnes et de nos villes. L’odeur du saucisson à l’ail et des œufs durs, le kil de rouge posé à même le plancher de la voiture, les conversations fortes et partagées. Ne supportant pas les conversations chuchotées dans le compartiment ID-ZEN ni l’odeur du jambon-beurre fraîchement désaluminé, je ne m’imagine pas revenir à cette époque et acquiescer aux opinions sur les bienfaits de telle micheline électrique comparée à telle autre roulant au diesel de la part d’un cheminot bénéficiant d’une gratuité de circulation, assis sur un siège collectif en bois, ni partager des cachous Lajaunie… Lajoinie diraient en 1988 les syndicalistes du rail !

Lire la suite