1re journée annuelle FERINTER – vendredi 14 décembre 2018

ACTUALITÉ FERROVIAIRE 2018

Espace Traversière 15, rue Traversière 75012 Paris (Gare de Lyon)

Programme 

8h45 accueil

9h15 présentation

1re table ronde : La réforme ferroviaire de 2018

9h30-10h45 : présentation de la réforme

11h00-12h30 : défenseurs et opposants de la réforme

14h00-15h30

2e table ronde : La négociation de la convention collective ferroviaire nationale

16h00-17h30

3e table ronde : Les projets de réforme ferroviaire en Belgique

17h30-18h00 : conclusions

Inscription (nombre de places limité) : ferinter14decembre2018@gmail.com

Ferinter programme 14 12 2018

« De la segmentation tarifaire au bas coût dans le ferroviaire français » par Marnix Dressen

« De la segmentation tarifaire au bas coût dans le ferroviaire français » publié dans la Nouvelle Revue du Travail, 12/2018

Résumé :

« Développé de longue date, le low cost dans le transport aérien est relativement connu. On ne saurait en dire autant du low cost dans le transport ferroviaire, objet de cet article. Et pourtant, dans les chemins de fer aussi l’offre à bas coût prend de l’ampleurDu moins est-ce vrai en France. Ce papier esquisse le bouquet de raisons qui depuis bientôt quinze ans pousse la SNCF à s’engager dans la spirale du low cost et il fournit quelques éléments sur les effets du low cost sur le travail et l’emploi. Le low cost passe par une baisse des coûts de production, une restructuration de l’offre commerciale et finalement par une réduction des conquêtes sociales des travailleurs du railNotre thèse est que dans l’ombre de conditions commerciales à première vue bon marché se niche l’affaiblissement programmé du service public ferroviaire ».

A lire ici: https://journals.openedition.org/nrt/3558

Haut de page

« Au-delà des mythes ferroviaires Le rail, ce bien commun » Parution dans Le Monde, Avril 2018

« Les universitaires Jean Finez et Laurent Quessette proposent un « nouveau récit ferroviaire » pour revisiter les sujets de la dette et de l’inefficacité à l’aune de son utilité économique, sociale et environnementale »

Article Le Monde « Le rail, ce bien commun »

Envoyé spécial « SNCF: la fin d’un monde », 19 avril 2018

Une intervention de Georges Ribeill dans l’émission Envoyé spécial « SNCF: la fin d’un monde ».

« Dans la famille de David, de l’arrière-grand-père au petit dernier, ils sont tous cheminots. A l’heure de la grève et des réformes à venir, tous parlent avec lucidité et émotion de leur vie consacrée au rail ».

A regarder ici: https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/sncf/video-sncf-la-fin-d-un-monde_2710180.html

« SNCF, le front syndical peut-il tenir dans la durée ? » Dominique Andolfatto (publication dans La Croix du 04 Avril 2018)

« SNCF, le front syndical peut-il tenir dans la durée ?  » Entretien avec Dominique Andolfatto, professeur à l’Université de Bourgogne, spécialiste du mouvement syndical et membre de FERINTER.

https://www.la-croix.com/Debats/Forum-et-debats/Dominique-Andolfatto-Le-clivage-semble-mis-sommeil-profit-dune-unite-tactique-2018-04-04-1200928965#

« Faut-il libéraliser la SNCF? » (Publication dans la Vie des idées, Mars 2018)

« Les réformes annoncées de la SNCF pointent, une fois de plus, son endettement et le statut des cheminots. Mais est-ce que le problème est bien posé ? Retour sur l’histoire d’un débat et sur ses enjeux politiques » par Jean Finez (Maitre de Conférences Université Grenoble Alpes) et Laurent Quessette (docteur en droit):

http://www.laviedesidees.fr/Faut-il-liberaliser-la-SNCF.html 

 

« Réforme de la SNCF: en finir avec les données fausses sur les chemins de fer », Parution dans The Conversation, Avril 2018)

Un article de Jean Finez (Maître de Conférences en sociologie à l’université de Grenoble-Alpes) et Dominique Andolfatto (Professeur des Universités en science politique à l’université de Bourgogne), tous deux membres de FERINTER publié dans The Conversation en Avril 2018 qui revient sur le projet de réforme ferroviaire en cours et les données faussées, trop souvent mobilisées dans les médias.

https://theconversation.com/reforme-de-la-sncf-en-finir-avec-les-donnees-fausses-sur-les-chemins-de-fer-94259

 

« L’illusoire modernité du pacte ferroviaire » (Parution dans Libération, Mars 2018)

Dans cette tribune publiée dans LIbération le 5 Avril 2018, Jean Finez (Université Grenoble-Alpes), Laurent Quessette (docteur en droit) et PIerre-André Juven (socio-économiste (Cermes 3), reviennent sur la réforme ferroviaire en cours.

http://www.liberation.fr/debats/2018/04/05/l-illusoire-modernite-du-pacte-ferroviaire_1641314

« Un peu d’histoire: mais d’où viennent les fameux « privilèges » des cheminots? » (Parution dans BibliObs, Mars 2018)

Interrogé par BibliObs, Georges Ribeill, historien et membre de FERINTER, revient sur l’histoire du statut des cheminots. « Un peu d’histoire : mais d’où viennent les fameux « privilèges » des cheminots? », article paru dans BibliObs le 21 mars  2018 https://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20180321.OBS3952/un-peu-d-histoire-mais-d-ou-viennent-les-fameux-privileges-des-cheminots.html

Parution de L’âge de faire n°120, Juin 2017 Dossier « A la rescousse du train »

« L’âge de faire » n°120 de Juin 2017 consacre un dossier au ferroviaire : « C’est un moyen de transport sûr, rapide, écolo, tant pour les passagers que pour les marchandises : le train. En plus, nous héritons d’un maillage très développé de voies ferrées et de gares, jusque dans les plus petites bourgades. Or, la moitié des lignes est considérée comme « sans avenir » et pourrait disparaître dans un futur proche. Comment et pourquoi en est-on arrivé là ? On parle d’algorithmes de fixation de prix, de plaisir du train de nuit, de fret ferroviaire, de subventions aux aéroports… et on rencontre ceux grâce à qui le train a encore un avenir ».

La parole est donnée à deux membres de FERINTER: Laurent Quessette et Marnix Dressen

Vous pouvez consulter le dossier de ce numéro ici: Age de faire Juin 2017

Escapade ferroviaire Paris – Mons

Les billets Paris – Mons et retour ont été achetés sur l’Internet trois jours avant le départ. Retirés en Gare à un automate le 24 oct. 2016 pour un départ le 26 et un retour le 27, une fois que j’ai eu tapé mon code bancaire personnel, six (6 !) billets m’ont été délivrés après insertion de la carte bancaire avec laquelle je les avais payés en ligne. Il n’a pas été nécessaire de saisir le numéro de dossier qui m’avait été fourni par mail quelques secondes après la transaction. Jusqu’ici tout va bien si l’on considère que « le travail de l’usager» va de soi… Lire la suite