Colloque international « Travail, emplois et identités des cheminots à l’épreuve des politiques de restructuration »

Après le colloque international organisé à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines en décembre 2013, un nouveau colloque s’est déroulé les 17 et 18 décembre 2014 à l’Université de Rabat en partenariat avec l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et soutenu par l’Office National de Chemins de Fer (ONCF). Il portait sur le travail, l’emploi et les identités professionnelles des cheminots à l’heure des restructurations.

Ce colloque international avait pour ambition de permettre la confrontation de différentes analyses sur les restructurations en cours dans le secteur dans différents pays (d’un point de vue diachronique ou synchronique) sous l’angle de la situation du travail, de l’emploi, des carrières et de l’identité des travailleurs du rail dans une acception large, c’est-à-dire qu’ils soient ou non reconnus comme tels.

Lire la suite

Charte des auteurs FERINTER

La Charte des auteurs FERINTER s’adresse aux auteurs qui souhaitent publier sur le site du réseau un texte consacré au phénomène ferroviaire, sous la forme d’un article, d’un compte rendu de recherche ou de lecture, d’un acte de colloque, d’un billet d’humeur, d’un témoignage… Il est conseillé aux auteurs de soumettre par courriel leur proposition de texte en mentionnant que le texte est libre de droits, de respecter les lois en vigueur (absence de diffamation), de citer leurs références, de traduire en français leur contribution. Un Comité de lecture examinera dans les meilleurs délais les propositions de texte, proposant le cas échéant des corrections. Un refus peut toutefois être opposé à des textes injurieux ou sans objet avec le phénomène ferroviaire.

Correspondances ferroviaires

Les correspondances ferroviaires sont des témoignages de cheminots et d’usagers du chemin de fer. Synonyme d’oubli, l’accélération du trajet peut s’accompagner d’une halte, d’une réflexion sur le sens et les signification du travail sur les rails ou dans un bureau d’une entreprise ferroviaire, que cette entreprise soit un opérateur historique ou un concurrent, une entreprise locale, nationale, européenne ou internationale. Du cadre dirigeant, de l’ingénieur, du conducteur, du contrôleur, du manoeuvre, du syndicaliste, d’hier et d’aujourd’hui, ces vécus personnels  participeront à constituer la mémoire du rail dans une pluralité de dimensions et d’approches. De même, les témoignages des usagers, des clients, des fraudeurs, illustreront le vécu de l’autre côté du guichet, le ressenti(ment) des premières classes de train à grande vitesse ou de trains régionaux, le voyage sur voie ferrée des trains du bout du monde. Autant de correspondances qui seront les mémoires vivantes de ces femmes et de ces hommes pour qui le train représente un enjeu dans leur quotidien. Ecrites ou orales, ces expériences ré(ai)sonneront avec les défis ferroviaires des temps présent et à venir.

Voyage en OUIGODIE. Quand la SNCF réinvente la 3e classe

Laurent Quessette*

Mon oncle cheminot me racontait, ému, les banquettes en bois de feu la troisième classe à l’époque révolue où des trains de la CNCF, comme disaient les anciens en déchiffrant le logo de leur Compagnie, parcouraient encore pratiquement l’ensemble de nos campagnes et de nos villes. L’odeur du saucisson à l’ail et des œufs durs, le kil de rouge posé à même le plancher de la voiture, les conversations fortes et partagées. Ne supportant pas les conversations chuchotées dans le compartiment ID-ZEN ni l’odeur du jambon-beurre fraîchement désaluminé, je ne m’imagine pas revenir à cette époque et acquiescer aux opinions sur les bienfaits de telle micheline électrique comparée à telle autre roulant au diesel de la part d’un cheminot bénéficiant d’une gratuité de circulation, assis sur un siège collectif en bois, ni partager des cachous Lajaunie… Lajoinie diraient en 1988 les syndicalistes du rail !

Lire la suite

FERINTER

En février 2013, une dizaine de chercheurs en sciences sociales réunis à Paris et regroupés dans le groupe FERINTER ont décidé de lancer un appel à construire un réseau international de recherche sur les restructurations des transports ferroviaires. Ce réseau, qu’ils appelleront bientôt International Railways Studies (IRS), a pour objectif l’étude du secteur des transports par voie ferrée au sens large. Il s’agit de mettre en lumière ses différentes configurations supranationales, transnationales et nationales, ainsi que l’analyse des dynamiques à l’œuvre. Le réseau IRS/FERINTER, qui compte aujourd’hui une trentaine de membres, vise à encourager les échanges et le dialogue entre sociologues, politistes, historiens, économistes, juristes, géographes et chercheurs issus de disciplines connexes. Le réseau est également ouvert aux acteurs du ferroviaire : représentants de structures supranationales, de l’Etat, des collectivités territoriales, du management des entreprises publiques ou privées, des organisations syndicales, des cheminots, des usagers, etc. Deux colloques ont pour l’instant été organisés.

Colloque international « Le secteur des transports ferroviaires dans la mondialisation »

ferinter

Le réseau FERINTER / International Railways Studies a dès sa création souhaité donner une dimension internationale à l’étude du transport ferroviaire et favoriser une démarche comparative entre différents systèmes nationaux de transport par voie ferrée.
Les premières journées d’études du réseau, les 12 et 13 décembre 2013 à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, se sont résolument engagées dans cette voie de la comparaison internationale puisque les interventions se sont déroulées en français, en anglais et en espagnol. L’organisation de ces journées a été l’occasion de lancer un appel à constituer un réseau international de recherche.
Le thème de ces journées, Le secteur des transports ferroviaires dans la mondialisation, Entre spécificités nationales et dynamiques transnationales, a ouvert la voie scientifique fixée par le réseau : interroger la contemporanéité du ferroviaire sous ses dimensions à la fois singulières et communes. La construction de l’Europe du rail, le management des opérateurs de chemins de fer, l’ouverture du réseau à la concurrence, l’impact de ces mutations sur les cheminots, représentent un défi, une menace, un impératif qualifié de modernisation que chaque système national intègre ou digère à sa manière. La mise en perspective comparative de ce nouveau chemin de fer ne peut cependant se passer de sa dimension historique, afin de mesurer l’ampleur des changements et la résistance des permanences. De ces allers et retours entre aujourd’hui et hier, se dessine le chemin de fer de demain.
Deux temps ont rythmé ces journées. La première partie a été l’occasion de présenter et discuter des communications rattachées aux différents axes proposés ci-dessous, communications qui ont eu pour but de présenter des travaux de recherche récents sur le ferroviaire ou de faire le point sur l’état des recherches en la matière au sein d’un pays.

Lire la suite