Parution de L’âge de faire n°120, Juin 2017 Dossier « A la rescousse du train »

« L’âge de faire » n°120 de Juin 2017 consacre un dossier au ferroviaire : « C’est un moyen de transport sûr, rapide, écolo, tant pour les passagers que pour les marchandises : le train. En plus, nous héritons d’un maillage très développé de voies ferrées et de gares, jusque dans les plus petites bourgades. Or, la moitié des lignes est considérée comme « sans avenir » et pourrait disparaître dans un futur proche. Comment et pourquoi en est-on arrivé là ? On parle d’algorithmes de fixation de prix, de plaisir du train de nuit, de fret ferroviaire, de subventions aux aéroports… et on rencontre ceux grâce à qui le train a encore un avenir ».

La parole est donnée à deux membres de FERINTER: Laurent Quessette et Marnix Dressen

Vous pouvez consulter le dossier de ce numéro ici: Age de faire Juin 2017

Escapade ferroviaire Paris – Mons

Les billets Paris – Mons et retour ont été achetés sur l’Internet trois jours avant le départ. Retirés en Gare à un automate le 24 oct. 2016 pour un départ le 26 et un retour le 27, une fois que j’ai eu tapé mon code bancaire personnel, six (6 !) billets m’ont été délivrés après insertion de la carte bancaire avec laquelle je les avais payés en ligne. Il n’a pas été nécessaire de saisir le numéro de dossier qui m’avait été fourni par mail quelques secondes après la transaction. Jusqu’ici tout va bien si l’on considère que « le travail de l’usager» va de soi… Lire la suite

Colloque Compétitivité des chemins de fer et des cheminots

Compétitivité des chemins de fer et des cheminots 

6-7 octobre 2016

Maison des Sciences de l’Homme

Campus universitaire de Dijon

Université de Bourgogne-Franche-Comté

Organisateurs : MSH Dijon, CNRS, Université de Bourgogne-France-Comté, Grand Dijon, Crego, Credespo, Théma, Printemps-Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, Ferinter-International Railway Studies

 Présentation : Le colloque « Compétitivité des chemins de fer et des cheminots » réunira des enseignants-chercheurs, chercheurs, doctorants et experts des chemins de fer qui s’interrogeront sur l’économie du rail, la concurrence d’autres modes de transports, la politique ferroviaire dans un double contexte d’européanisation et de régionalisation.

Juristes, politistes, gestionnaires, géographes, sociologue ou économistes, chercheront à repérer quelles particularités économiques et structurelles expliquent les évolutions contrastées des chemins de fer, se demandant notamment :

– s’il existe réellement un déficit de compétitivité des chemins de fer ;

– quels indicateurs peuvent mesurer le niveau de performance de chacun des modes de transport en prenant notamment en compte le coût réel engendré par chacun d’eux pour la société ;

– quel bilan esquisser de la politique de libéralisation ;

– quelle analyse économique et sociale faire du statut des personnels, des évolutions de la gouvernance et, plus largement, de la politique de restructuration voulue par l’Union européenne depuis les années 1990 : ouverture à la concurrence du transport ferroviaire, nouvelle organisation du travail des salariés, nouvelles procédures décisionnelles, gestion par activités…

Lire la suite

L’association FERINTER – INTERNATIONAL RAILWAYS STUDIES est créée ! A-D-H-É-R-E-Z !!!

Association : FERINTER – INTERNATIONAL RAILWAY STUDIES. 

Identification R.N.A. : W751234621

No de parution : 20160028
Département (Région) : Paris (Île-de-France)

Lieu parution : Déclaration à la préfecture de police. 
Type d’annonce : ASSOCIATION/CREATION

Déclaration à la préfecture de police. FERINTER – INTERNATIONAL RAILWAY STUDIES. Objet : construction d’un réseau international de recherche transdisciplinaire sur les transports et les systèmes ferroviaires ; elle vise à encourager les échanges et le dialogue entre sociologues, politistes, historiens, économistes, géographes et chercheurs issus de disciplines connexes, ergonomes et ingénieurs du monde ferroviaire, les cheminots, les salariés du rail de toutes catégories, du secteur public et privé, managers et représentants syndicaux, usagers du rail. Siège social : 11, rue Mouton-Duvernet, 75014 Paris. Date de la déclaration : 15 juin 2016.

Voir les Statuts FERINTER-IRS et le Règlement intérieur.

Les chemins de fer en Argentine

Alejandro RASCOVAN

Dr. Ciencias Sociales, UBA.

Dr. Socio-economía del Desarrollo, EHESS, Paris.

Dès l’indépendance de l’Espagne en 1816 jusqu’à nos jours, l’État et sa place dans la société ont toujours été au milieu de la scène politique. Après 40 ans de guerres civiles, le projet libéral – qui voulait insérer l’Argentine dans le commerce international comme producteur de marchandises agricoles -, inaugure la première ligne ferroviaire à Buenos Aires (dans ce moment-ci séparée du reste de l’Argentine) en 1857. Cette ligne, le Chemin de Fer de l’Ouest (CFO), fut la première société privée moderne de l’histoire argentine ainsi que la première à être privatisée dans la décennie de 1860. Lire la suite

Appel à communications – colloque « Compétitivité des chemins de fer et des cheminots »

Appel à communications

Colloque Ferinter – Université de Bourgogne-Franche-Comté (CREDESPO, CREGO et ThéMA)

 « Compétitivité des chemins de fer et des cheminots »

 6 et 7 octobre 2016

Maison des Sciences de l’Homme

Université de Bourgogne-Franche-Comté / Dijon

 Courriel : ferinterfrance@gmail.com

Ferinter et trois laboratoires de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté, le CREDESPO [droit et science politique], le CREGO [sciences de gestion] et ThéMA [géographie], organisent les 6 et 7 octobre 2016, un colloque sur la question de la compétitivité des chemins de fer et des cheminots.

Ce colloque a vocation à encourager les échanges et le dialogue entre sociologues, politistes, historiens, économistes, juristes, géographes, chercheurs issus de disciplines connexes, et acteurs du monde ferroviaire, cheminots de toutes catégories, du secteur public et privé, managers et représentants syndicaux, usagers du rail… pour porter un regard renouvelé sur la définition et la mesure de la « compétitivité » des chemins de fer. Lire la suite

Julian MISCHI. « Le Bourg et l’Atelier. Sociologie d’un combat syndical ».

Julian Mischi, directeur de recherche en sociologie à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), est notamment l’auteur des ouvrages : « Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF » (PUR, 2010), « Le Communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970 » (Agone, 2014). Il est membre du réseau FERINTER.
Le Bourg et l’Atelier. Sociologie du combat syndical :
http://agone.org/lordredeschoses/lebourgetlatelier

Pourquoi et comment des ouvriers continuent-ils à se syndiquer et à militer malgré la force des processus favorisant leur exclusion politique ? Lire la suite

Mobilités anciennes et nouvelles à bas coût : opportunités et/ou précarités ?

Séminaire d’histoire de la mobilité Passé-Présent-Mobilité (P2M): « Mobilités anciennes et nouvelles à bas coût : opportunités et/ou précarités ? »
le jeudi 14 janvier 2016 à l’ISCC (20, rue Berbier du Mets dans le 13e), de 14h à 17h.

Laurent Quessette, juriste : « Ceux qui m’aiment prendront le OUIGO. L’usager du train confronté au low cost »

Jean Finez, chercheur invité au Max Planck Institute for the Study of Societies : « Les prémices d’un marché ferroviaire : modélisation économique, marketing et politique commerciale voyageurs de la SNCF au tournant des années 1960-1970 »

Intervention de Patricia PERENNES et de Hervé CHAMPIN à l’Université de Valenciennes sur le 4e paquet ferroviaire

CONFÉRENCE  « QUELLE  ACTUALITÉ DE L’ESPACE FERROVIAIRE UNIQUE EUROPÉEN ? » –JEUDI 11 JUIN 2015

– « Le volet politique du 4ème paquet ferroviaire : dernière étape de la libéralisation du réseau et des services ferroviaires ? », 
Patricia Perennes, Economiste à RFF/SNCF Réseau auprès du directeur en charge de la régulation, membre du réseau FERINTER

– « Dialogue social et transport ferroviaire », 
Hervé Champin, doctorant en sociologie à l’Ecole Normale Supérieur de Cachan, Attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, membre de l’Institut du développement et de la prospective (EA 1384), membre du réseau FERINTER

La lampe à carbure. Dans les chemins de fer du Maroc des années 50. Témoignage de Lucien Martinez

Lucien Martinez, cheminot à la retraite, a débuté sa carrière dans les chemins de fer du Maroc, en calant les trains. Il poursuivra sa carrière en France, à la SNCF, jusqu’à devenir chef d’atelier. Son histoire rejoint l’Histoire, celle des ouvriers du rail à l’heure de l’accession à l’indépendance de l’Afrique du Nord.

En début d’année 1954, la compagnie des chemins de fer du TANGER FES a répondu positivement à ma candidature. Après les formalités d’embauche avec le chef de gare M. Costa, je débutais en gare de Petitjean (désormais Sidi Kacem) le 1er février 1954 en tant que brigadier de manœuvre. Je devais alors apprendre à remplir la lampe au carbure, connaître les signaux à effectuer. Nous voilà réunis, avec 3 agents marocains, « caleurs et aiguilleurs », devant une énorme « machine », locomotive à vapeur des temps anciens. Cette nuit-là, je ne comprenais pas pourquoi on prenait quelques wagons au triage pour les tirer à la butte, les lancer sur une voie, les reprendre pour les lancer à nouveau. À l’échelon 2, je travaillais alors en 3×8, mon premier service commençant à 4 heures du matin avec M. Arenas, chef de manœuvre. Ce n’était pas facile de travailler avec des horaires décalés, les samedis, les dimanches et les jours fériés, la nuit noire sous la pluie, le service d’après-midi en été avec jusqu’à 55 degrés à l’ombre. Lire la suite

Europe du rail : une vision syndicale éclatée

Frédéric de KEMMETER

Analyse de Mediarail.be – Technicien signalisation et observateur ferroviaire

Rendez-vous aussi sur la page Facebook de Mediarail.be, ainsi que sur Twitter et LinkedIn

14/06/2015

 

Originalement publié sur « Les Chroniques ferroviaires de Mediarail.be »

Pendant plus d’un siècle, le cadre national du chemin de fer semblait un horizon indépassable et le monopole public la règle dans tous les États européens après 1945. La perspective d’une abolition définitive des frontières nationales est progressivement devenue réalité et la déréglementation a considérablement modifié le paysage des cheminots en Europe. Cela a bouleversé les représentations des cheminots et des organisations syndicales, pas vraiment au travers des directives de la Commission, mais avant tout par les réactions politiques et syndicales en sens divers face à cette nouvelle donne politique européenne. L’incapacité des organisations syndicales européennes à adopter une lecture commune des enjeux européens démontre que l’Europe n’est pas unifiable culturellement ! Cette analyse emprunte en grande partie aux travaux de Nadia Hilal (1)

Où est l’Etat ?

Au commencement il y a d’abord la politique et l’histoire. Après les Trente Glorieuses où il a fallu reconstruire une Europe ravagée par les destructions, la fin des années 70 et les années 80 ont vu s’effriter la vision socialiste de l’Etat et l’instauration durable d’une nouvelle conception de la chose publique. Le rôle de l’Etat aujourd’hui n’est manifestement plus celui d’hier, à l’époque des théories fordiennes et keynésiennes. Comme le rappelle le think thank français de gauche Terra Nova (2), « l’Etat n’assume plus certaines missions essentielles ; les grands principes du service public, et notamment l’égalité d’accès ou encore l’adaptabilité, sont méconnus, et le rôle du service public comme facteur de développement et de solidarité est bafoué ; les collectivités territoriales, importantes donneuses d’ordre en matière de service public, ne jouent que difficilement leur rôle de pilote face au secteur privé auquel elles ont délégué leurs missions ; l’utilisateur n’est pas associé aux prises de décision et à la gestion des services publics qui, souvent, sont délégitimés alors même qu’une majorité de Français leur restent attachés. » On verra plus loin que cet attachement au service public en Europe est bien plus diversifié qu’on ne le dit… Lire la suite

France : le dur questionnement sur les Intercités

Frédéric de KEMMETER

Analyse de Mediarail.be – Technicien signalisation et observateur ferroviaire

Rendez-vous aussi sur la page facebook de Mediarail.be, ainsi que sur Twitter et LinkedIn

28/05/2015

Originalement publié sur « Les Chroniques ferroviaires de Mediarail.be »

Barbara Dalibard, la directrice de SNCF Voyageurs a beau le souligner : « l’entreprise reste attachée aux Intercités », qui peut vraiment encore y croire ? Replaçons le décor : après les rapports costauds de la Cour des Comptes au sujet du TGV français, ce mois de mai 2015 fût celui des Intercités. Ce mot désigne en réalité le terme très administratif de « Train d’Equilibre du Territoire« , dont la consonance jacobine ne fait aucun doute, comme toujours en France. De quoi s’agit-il ?

Elle peut, mais ne veut pas

Rappelons que la SNCF est actionnaire du privé autrichien Westbahn, ainsi que sur tout le continent européen à travers Keolis. Par sa présence aux Conseils d’administration, elle a accès aux différents business model de ses voisins. Elle sait ce qu’il est possible de faire pour tous ces trains qui roulent plutôt bien. Alors ? Il faut regarder du côté des pratiques, voire des idéologies ambiantes en France. L’ancien RFF avait déjà pu mettre fin à ces blancs-travaux en pleine journée, provoquant une grogne sociale chez certains habitués de la voie, qui ont dû passer en service de nuit. Lire la suite