Escapade ferroviaire Paris – Mons

Les billets Paris – Mons et retour ont été achetés sur l’Internet trois jours avant le départ. Retirés en Gare à un automate le 24 oct. 2016 pour un départ le 26 et un retour le 27, une fois que j’ai eu tapé mon code bancaire personnel, six (6 !) billets m’ont été délivrés après insertion de la carte bancaire avec laquelle je les avais payés en ligne. Il n’a pas été nécessaire de saisir le numéro de dossier qui m’avait été fourni par mail quelques secondes après la transaction. Jusqu’ici tout va bien si l’on considère que « le travail de l’usager» va de soi…

A la Gare du Nord (Paris), le jeudi 27 octobre, je composte le billet (il faut, c’est un classique, bien sûr le retourner dans tous les sens pour que l’appareil fonctionne…). Arrivé au pied de la rame TGV duplex, une jeune-femme vêtue d’un uniforme genre hôtesse de l’air m’accueille en me demandant aimablement mon titre de transport. Je manifeste ma mauvaise humeur en lui disant que je viens de composter. « Je fais mon travail, Monsieur ». De manière incongrue, je lui réponds que ce travail me paraît inutile. Puis étant gêné par mes propres propos qu’elle risquait de mal interpréter, je lui dis qu’elle n’est évidemment pas en cause mais qu’en revanche, son employeur lui confie des tâches absurdes. En attendant le départ, du premier étage de la rame, je constate que la police filtre avec beaucoup d’attention les voyageurs qui embarquent dans le train d’à côté. Se rendent-ils à Calais ?

Départ à l’heure, arrivée à l’heure à Lille-Flandres après un contrôle laser pendant le trajet. Trois opérations de contrôles (le composteur, l’hôtesse, le contrôleur) pour une heure de trajet… Changement de train. Lille-Flandres fourmille de policiers en tenue, gardiens de la paix et agents de la PAF et de gradés d’un assez haut niveau si j’en juge par leurs képis galonnés. Tous semblent assez désœuvrés, la gare est plutôt désertée par ses usagers ordinaires en milieu de la journée. Le contexte d’évacuation de la « Jungle » de Calais explique sans doute cette présence pléthorique. La police a probablement pour mission d’empêcher les départs pour Paris ou les retours de Paris des réfugiés qui ont refusé de se rendre dans les centres d’accueil et d’orientation. Mon train pour Tournai (à environ 25 km au Sud-Est de Lille) étant annoncé avec 12 minutes de retard et son quai de départ n’étant pas affiché, j’ai le loisir d’observer le manège policier… Un duo d’agents de police contrôle un jeune Noir portant un sac à dos. Il peut repartir au bout de quelques minutes après avoir produit des documents. La France pays-des-Droits-de-l’Homme qui se croit « à la tête du genre humain », affectionne les contrôles au faciès. Ce n’est pas d’aujourd’hui mais ça ne s’améliore pas.

Concernant le train pour Tournai, un message transmis par haut-parleur met le retard sur le compte d’une «autre compagnie » (je ne garantis pas l’exactitude de l’expression mais l’idée est celle-là). La Société Nationale des Chemins de Fer Belges (SNCB) était visée par cette remarque.

Arrivé à Tournai, je descends du train dans l’attente de ma correspondance pour Mons à 12h38. Je prends les souterrains et lorsque je remonte, le chef de gare de la SNCB m’indique que mon train vient de partir, que je n’aurais pas dû quitter le train précédent puisque le train en provenance de Lille Flandres était en réalité direct pour Mons. Je lui raconte que j’ai acheté mon billet en ligne sur le site de la SNCF, itinéraire qui prévoyait un changement de train. Cela ne l’émeut pas plus que ça…Il me dit qu’autrefois il y avait un problème de compatibilité technique mais que la difficulté était réglée après que les locomotives de la SNCB, quoique bitensions, aient été de surcroit modifiées en atelier. Dans l’espoir de lui suggérer que je suis un affranchi, je lui parle d’interopérabilité…. Il acquiesce mais je ne comprends rien à ce qu’il explique, Tournai n’étant pas une ville frontière je ne vois pas ce que des adaptations techniques ont pu résoudre comme problème. Je plaisante avec lui en lui disant que j’aurais dû regarder les horaires sur le site des Chemins de fer fédéraux suisses (un conseil que Georges Ribeill donne souvent à qui tient à disposer d’informations fiables même sur les horaires de la SNCF…).Pensant sans doute que je me moque de lui, il me lance « et pourquoi pas sur le site des chemins de fer moldaves ? ».

J’arrive donc à Mons par le train suivant, après un parcours de 50 km (nous sommes vraiment pas nombreux non plus dans ce train). La contrôleuse est très aimable comme l’est aussi le taxi à la sortie de la gare qui m’indique l’itinéraire piéton que je lui demande.

Vendredi 28 retour vers Paris. Je demande à une caissière de superette de Mons, le chemin de la gare. « La gare ? » Elle rit. « Si on peut appeler ça une gare… ». La cliente devant moi renchérit « c’est pas une gare ce sont des voies de chemins de fer ». « Cet architecte a toujours deux ans de retard sur tous ses chantiers…. » « Ils n’ont plus d’argent » ajoute la caissière. Effectivement, je n’avais pas fait attention la veille en arrivant, de gare il n’y en a plus guère mais plutôt un paquet de préfabriqués empilés les uns sur les autres et un immense chantier aux allures de terrain vague. Je fais une petite recherche sur le Web…. Santiago Calatrava, l’architecte semble-t-il réputé, a l’air d’avoir bien des soucis avec ce chantier qui est aussi source de conflits entre partis politiques wallons. Il s’excuse du retard du chantier en expliquant qu’il a d’abord fallu refaire les voies qui sont effectivement refaites à neuf… mais était-ce imprévisible ?

Le train pour Lille Flandres est d’abord annoncé avec 7 puis 8 puis 13 minutes de retard… Décidément, la SNCB fait fort ! Ce coup-ci je ne ferai pas étape à Tournai malgré les titres de transport délivrés par la SNCF. Beaucoup de jeunes scolarisés l’empruntent. Nous ne ferons l’objet d’aucune opération de contrôle jusqu’à Lille Flandres (la Belgique ne connait pas non plus le compostage…). Une fois la frontière franchie et passé Lezennes et son célèbre technicentre, à quelques centaines de mètres de Lille, arrêt en pleine voie sans explication….Puis le contrôleur, un agent de la SNCB sans doute, explique que le train était en retard au départ de Mons du fait du retard du train qui venait de Charleroi (je crois)… Une partie des voyageurs descend rapidement et court vers la gare de Lille Europe à dix minutes de là. Nous sommes quelques-uns à avoir peur de manquer le train de Paris qui aurait été très facile d’emprunter en l’absence de ces retards. Mais là, c’est ric rac… Trois minutes avant le départ, en sueur après une marche forcée, nous sommes installés dans une rame duplex flambant neuve avec prise électrique. Nous ne serons pas contrôlés et le train arrivera à l’heure à Paris Nord.

Un article paru sur le site LaProvince.be à propos des travaux en gare de Mons:

http://www.laprovince.be/1725653/article/2016-11-23/mons-le-chantier-de-la-nouvelle-gare-a-repris

Chantier de la gare de Mons © M.Dressen

Chantier de la gare de Mons © M.Dressen

Marnix Dressen


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *