Les chemins de fer en Argentine

Alejandro RASCOVAN

Dr. Ciencias Sociales, UBA.

Dr. Socio-economía del Desarrollo, EHESS, Paris.

Dès l’indépendance de l’Espagne en 1816 jusqu’à nos jours, l’État et sa place dans la société ont toujours été au milieu de la scène politique. Après 40 ans de guerres civiles, le projet libéral – qui voulait insérer l’Argentine dans le commerce international comme producteur de marchandises agricoles -, inaugure la première ligne ferroviaire à Buenos Aires (dans ce moment-ci séparée du reste de l’Argentine) en 1857. Cette ligne, le Chemin de Fer de l’Ouest (CFO), fut la première société privée moderne de l’histoire argentine ainsi que la première à être privatisée dans la décennie de 1860. Lire la suite

Europe du rail : une vision syndicale éclatée

Frédéric de KEMMETER

Analyse de Mediarail.be – Technicien signalisation et observateur ferroviaire

Rendez-vous aussi sur la page Facebook de Mediarail.be, ainsi que sur Twitter et LinkedIn

14/06/2015

 

Originalement publié sur « Les Chroniques ferroviaires de Mediarail.be »

Pendant plus d’un siècle, le cadre national du chemin de fer semblait un horizon indépassable et le monopole public la règle dans tous les États européens après 1945. La perspective d’une abolition définitive des frontières nationales est progressivement devenue réalité et la déréglementation a considérablement modifié le paysage des cheminots en Europe. Cela a bouleversé les représentations des cheminots et des organisations syndicales, pas vraiment au travers des directives de la Commission, mais avant tout par les réactions politiques et syndicales en sens divers face à cette nouvelle donne politique européenne. L’incapacité des organisations syndicales européennes à adopter une lecture commune des enjeux européens démontre que l’Europe n’est pas unifiable culturellement ! Cette analyse emprunte en grande partie aux travaux de Nadia Hilal (1)

Où est l’Etat ?

Au commencement il y a d’abord la politique et l’histoire. Après les Trente Glorieuses où il a fallu reconstruire une Europe ravagée par les destructions, la fin des années 70 et les années 80 ont vu s’effriter la vision socialiste de l’Etat et l’instauration durable d’une nouvelle conception de la chose publique. Le rôle de l’Etat aujourd’hui n’est manifestement plus celui d’hier, à l’époque des théories fordiennes et keynésiennes. Comme le rappelle le think thank français de gauche Terra Nova (2), « l’Etat n’assume plus certaines missions essentielles ; les grands principes du service public, et notamment l’égalité d’accès ou encore l’adaptabilité, sont méconnus, et le rôle du service public comme facteur de développement et de solidarité est bafoué ; les collectivités territoriales, importantes donneuses d’ordre en matière de service public, ne jouent que difficilement leur rôle de pilote face au secteur privé auquel elles ont délégué leurs missions ; l’utilisateur n’est pas associé aux prises de décision et à la gestion des services publics qui, souvent, sont délégitimés alors même qu’une majorité de Français leur restent attachés. » On verra plus loin que cet attachement au service public en Europe est bien plus diversifié qu’on ne le dit… Lire la suite