Escapade ferroviaire Paris – Mons

Les billets Paris – Mons et retour ont été achetés sur l’Internet trois jours avant le départ. Retirés en Gare à un automate le 24 oct. 2016 pour un départ le 26 et un retour le 27, une fois que j’ai eu tapé mon code bancaire personnel, six (6 !) billets m’ont été délivrés après insertion de la carte bancaire avec laquelle je les avais payés en ligne. Il n’a pas été nécessaire de saisir le numéro de dossier qui m’avait été fourni par mail quelques secondes après la transaction. Jusqu’ici tout va bien si l’on considère que « le travail de l’usager» va de soi… Lire la suite

La lampe à carbure. Dans les chemins de fer du Maroc des années 50. Témoignage de Lucien Martinez

Lucien Martinez, cheminot à la retraite, a débuté sa carrière dans les chemins de fer du Maroc, en calant les trains. Il poursuivra sa carrière en France, à la SNCF, jusqu’à devenir chef d’atelier. Son histoire rejoint l’Histoire, celle des ouvriers du rail à l’heure de l’accession à l’indépendance de l’Afrique du Nord.

En début d’année 1954, la compagnie des chemins de fer du TANGER FES a répondu positivement à ma candidature. Après les formalités d’embauche avec le chef de gare M. Costa, je débutais en gare de Petitjean (désormais Sidi Kacem) le 1er février 1954 en tant que brigadier de manœuvre. Je devais alors apprendre à remplir la lampe au carbure, connaître les signaux à effectuer. Nous voilà réunis, avec 3 agents marocains, « caleurs et aiguilleurs », devant une énorme « machine », locomotive à vapeur des temps anciens. Cette nuit-là, je ne comprenais pas pourquoi on prenait quelques wagons au triage pour les tirer à la butte, les lancer sur une voie, les reprendre pour les lancer à nouveau. À l’échelon 2, je travaillais alors en 3×8, mon premier service commençant à 4 heures du matin avec M. Arenas, chef de manœuvre. Ce n’était pas facile de travailler avec des horaires décalés, les samedis, les dimanches et les jours fériés, la nuit noire sous la pluie, le service d’après-midi en été avec jusqu’à 55 degrés à l’ombre. Lire la suite

Correspondances ferroviaires

Les correspondances ferroviaires sont des témoignages de cheminots et d’usagers du chemin de fer. Synonyme d’oubli, l’accélération du trajet peut s’accompagner d’une halte, d’une réflexion sur le sens et les signification du travail sur les rails ou dans un bureau d’une entreprise ferroviaire, que cette entreprise soit un opérateur historique ou un concurrent, une entreprise locale, nationale, européenne ou internationale. Du cadre dirigeant, de l’ingénieur, du conducteur, du contrôleur, du manoeuvre, du syndicaliste, d’hier et d’aujourd’hui, ces vécus personnels  participeront à constituer la mémoire du rail dans une pluralité de dimensions et d’approches. De même, les témoignages des usagers, des clients, des fraudeurs, illustreront le vécu de l’autre côté du guichet, le ressenti(ment) des premières classes de train à grande vitesse ou de trains régionaux, le voyage sur voie ferrée des trains du bout du monde. Autant de correspondances qui seront les mémoires vivantes de ces femmes et de ces hommes pour qui le train représente un enjeu dans leur quotidien. Ecrites ou orales, ces expériences ré(ai)sonneront avec les défis ferroviaires des temps présent et à venir.