Voyage en OUIGODIE. Quand la SNCF réinvente la 3e classe

Laurent Quessette*

Mon oncle cheminot me racontait, ému, les banquettes en bois de feu la troisième classe à l’époque révolue où des trains de la CNCF, comme disaient les anciens en déchiffrant le logo de leur Compagnie, parcouraient encore pratiquement l’ensemble de nos campagnes et de nos villes. L’odeur du saucisson à l’ail et des œufs durs, le kil de rouge posé à même le plancher de la voiture, les conversations fortes et partagées. Ne supportant pas les conversations chuchotées dans le compartiment ID-ZEN ni l’odeur du jambon-beurre fraîchement désaluminé, je ne m’imagine pas revenir à cette époque et acquiescer aux opinions sur les bienfaits de telle micheline électrique comparée à telle autre roulant au diesel de la part d’un cheminot bénéficiant d’une gratuité de circulation, assis sur un siège collectif en bois, ni partager des cachous Lajaunie… Lajoinie diraient en 1988 les syndicalistes du rail !

Je préfère davantage contempler feue la troisième au Centre Pompidou sur les photos de Doisneau, trouvant magnifique le départ des premiers congés payés, et, nostalgique, regrettant même le charme désuet du chemin de fer à vapeur célébrant par ses sifflets la lenteur du voyage dans le bucolique film Les enfants du marais. Ces pensées ne sont certes pas en correspondance – sans jeu de mot ferroviaire -, avec ma pratique du train : je préfère le confort plus spacieux du compartiment de 1ère (quand ses tarifs soldés me le permettent), serais plutôt favorable à des compartiments réservés pour les voyageurs avec de jeunes enfants, et trouve insupportable dix minutes de retard après un trajet de 3 heures pour traverser la France du Nord au Sud à près de 300 kilomètres par heure…

Devant me rendre au dernier moment de Paris à Nîmes pour un évènement familial, mon penchant pour la distinction sociale s’effaça et retrouva des couleurs plus rouge en faveur de la défense du service public et de l’égalité tarifaire : une centaine d’euros l’aller et retour ! Le cadeau pour l’anniversaire du cousin en serait diminué d’autant. Membre d’un groupe de recherche sur le ferroviaire et ayant d’ailleurs colloqué sur les mutations du transport ferroviaire à l’heure du yield management, j’oubliais les précautions du langage cnrisé de ses illustres participants (dont les contingences matérielles dudit trajet en 2e classe – pour cause de restriction budgétaire – avaient certainement été prises en charge par l’administration universitaire) pour m’exclamer : « ils font chier ! ».

Las, le trajet le moins cher était de faire un détour par Marne-la-Vallée pour rejoindre la gare TGV de Disney et emprunter le OUIGO, le train à grande vitesse low cost de la SNCF. Finalement, ce pouvait être une expérience qualifiante en tant qu’apprenti sociologue de la chose ferroviaire. Et puis, rien ne vaut le terrain ! Tout pénétré d’un esprit d’observation, je crus même d’ailleurs apercevoir à la gare le présentateur du Dessous des cartes

L’organisation scientifique du tourisme de masse pour le parc d’attraction a été dupliquée pour la gestion des flux empruntant ce nouveau type de TGV. En voici le protocole : arrivée au moins 30 minutes en avance pour le contrôle scanné des billets, longue file d’attente devant s’entasser au 1er étage, peu de bancs, distributeurs de sucreries (les mauvaises calories seront brûlées puisque on doit rester debout un long moment), café light à tarif high, jouets en plastique à prix made in France, revues grand public et livres du romancier sponsorisé par la compagnie de transport (je vous laisse deviner lequel : c’est facile, regardez la majorité des couvertures – ce petit jeu fonctionne aussi dans le métro)… bref, la loose au pays de Mickey ! Le roulement continu des valises annonce le départ. Bientôt votre tour, et moyennant 50 centimes, vous pourrez effectuer une pause technique avant de monter à bord. Réticent à payer un service qui me semble être de droit dans tout lieu public, je l’ai pourtant fait imaginant à tort, je l’avoue, que le train en serait dépourvu.

Une fois dans la rame, c’est là que tout commence. Vous constaterez que, si votre siège est confortable avec assez d’espace, en revanche la voiture est bien remplie. Vous pourrez même faire connaissance avec votre voisin de derrière puisque l’écartement entre votre siège et celui de votre voisin est conséquent. Loi mathématique de l’entassement, le bruit : conversations, odeurs de repas, bébés qui pleurent, enfants qui jouent, voire qui courent dans le couloir. Ne cherchez pas un endroit calme, c’est impossible. La maximisation de l’espace aboutit à la suppression du wagon bar et du compartiment réservé au jeu pour les enfants. Poursuivant une scrutation sociologisante du lieu (ou de ce non-lieu, les spécialistes académiques apprécieront), force est de constater que les usagers ou les clients (selon que vous estimez que ce type de train est un service public ou non) se situent davantage dans les premiers déciles du tableau de l’INSEE relatifs à la répartition des revenus de la population française (disponible sur le site de l’institution). Et c’est là que la bât m’a blessé : attaché à un certain confort mais à condition qu’il puisse être accessible pour tous, pourquoi le populo ne pourrait-il dorénavant voyager à grande vitesse que sur OUIGO et donc que sur certaines destinations ? Le TGV classique, sauf les ID-TGV mais à condition de pouvoir réserver bien en avance, devient en effet inaccessible pour les moins riches. Avec le retour de la 3e classe, les pauvres pourront ainsi aller voir la mer, mais avec deux petits bagages seulement ; il ne s’agirait pas que ces bougres nous salopent le modèle économique du low cost en surchargeant la rame de leurs sacs en plastique Tati ! Sans argent, aimant voyager, détestant le train surchargé, soyez patients, les bus encore moins chers mais plus lents arrivent…

De retour sur Paris, l’observation participante allait s’achever. Une voix au microphone eut l’amabilité d’annoncer que le RER A était bloqué suite à un accident grave de voyageur… Le OUIGO ne mérite même pas que l’on se suicide sur ses voies.

* Docteur en droit, membre du réseau FERINTER/International Railways Studies. Une version de cette tribune a été publiée dans Libération, vendredi 27 mars 2015, p. 20.


Une réflexion au sujet de « Voyage en OUIGODIE. Quand la SNCF réinvente la 3e classe »

  1. Belle observation, Laurent. Deux choses. Une arme magique contre le bruit environnant : le casque à musique. Attention, pas l’épouvantable brol qui fait « Gzzz, gzzz » pour tout le wagon, non, le vrai, celui qui vous fait oublier qu’on a un(e) voisin(ne) doté d’un smartphone. Pour le populo, l’observation du Ouigo s’applique, selon moi, très largement à Ryanair, puisque cette société parmi les plus libérales d’Europe est devenue le transporteur officiel des fauchés à temps plein ! Les pauvres en avion, un sujet de sociologie très contemporain….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *